l’homme au baluchon

٠٣كانون١٢٠١٧
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
l’homme au baluchon

Chaque fois que Dieu demande à quelqu’un de le suivre, il exige de lui d’abord de s’arracher, en les quittant, à ses biens et à ce qu’il possède. Il demande à Abraham de quitter son pays et d’aller vers l’inconnu ; au prophète Ezéchiel de quitter sa maison avec un simple baluchon sur le dos ; aux apôtres de quitter métiers, barques, filets ou bureau pour sillonner, avec lui la Palestine et, comme lui, sans feu ni lieu.

Au début de ce temps préparatoire à la fête de Noël, le Temps de l’Avent, Jésus, par trois fois, nous dit dans l’Evangile de Marc : Veillez ! Certes Dieu est au passé et au présent, mais il est surtout le Dieu qui vient, qui advient et qui surprend toujours parce qu’il est surtout dans l’à-venir. Il veut que nous, chrétiens, qu’il a appelés à le suivre et que nous suivons, que nous ne dormions pas sur nos lauriers, ni sur notre passé quel qu’il fut, mais de veiller à ce que notre présent soit toujours tendu vers un avenir. En effet, nous n’avons pas ici-bas une maison durable, nous sommes un peuple nomade et pèlerin cheminant plus ou moins allègrement, avec un simple baluchon sur le dos. De plus, nous avons à tracer, tantôt dans la peine, tantôt dans la joie, notre voie qui ne s’arrêtera qu’auprès de Dieu. Là, comme dans un Noël éternel, nous jouirons infiniment de sa Présence et nous serons transformés en lui puisque nous le verrons face à face.

Veillons donc en attendant ce jour béni de cette rencontre éternelle qui nous surprendra toujours.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
راية إعلانية
راية إعلانية
Close Panel

Login Form