Le blé et l’ivraie

٢٣تموز٢٠١٧
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
Le blé et l’ivraie

« Malheureux homme que je suis ! s’écrie S. Paul, ce que je fais je ne le comprends pas : car je ne fais pas ce que je veux, mais je fais ce que je hais…Qui me délivrera… ? ». C’est toute l’ambiguïté de la condition humaine qu’exprime S. Paul. Le bien et le mal (le blé et l’ivraie), la vérité et l’erreur, la sainteté et le péché traversent notre intériorité la plus profonde. Personne ne peut prétendre les séparer au couteau. Car la haine est l’autre côté de l’amour, dans l’erreur brille toujours une étincelle de vérité et ce sont les pécheurs qui sont les premiers appelés à la sainteté.

« Ma grâce te suffit ; ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse», répond Dieu à Paul. En effet, Dieu, dans son Amour, est capable de tirer le mal du bien, car il a vaincu le monde et le dernier mot dans l’Histoire sera pour le Bien Absolu qui est lui-même. Malgré la lourdeur de notre péché, malgré notre immense faiblesse, malgré nos innombrables limites, malgré nos échecs répétés, malgré notre égoïsme et notre individualisme ambiant, malgré nos violences et nos injustices incessantes, le projet d’amour de Dieu sur l’homme et pour l’homme sera toujours vainqueur.

Tout est affaire de temps, de patience et de constance. Comme des enfants gâtés, nous sommes pressés, nous humains, nous voulons obtenir tout et tout de suite, comme Adam dans le jardin d’Eden. Alors que Dieu, le Sage Maître du Temps, saura, dans sa maturité divine, nous donner notre pain nécessaire en son temps et combler tous nos désirs de bonheur.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form