Le Thabor, Bethléem Et Gethsémani

١٢آذار٢٠١٧
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
Le Thabor, Bethléem Et Gethsémani

Le Carême, institué par l’Eglise, est un temps de changement, de conversion, de transfiguration. Pour cela, après nous avoir montré comment triompher avec Jésus des tentations du Menteur, elle met devant nos yeux une icône qui ressemble à celle de la crèche de Noël, celle de la Transfiguration : Jésus, sur la montagne, dans tout l’éclat de son Etre Fils de Dieu et dans sa toute Vérité, entouré de Moïse (la Loi) et d’Elie (les Prophètes) et en présence de trois pauvres Apôtres qui ne comprennent rien au Mystère qui se déroule sous leurs yeux.

Ce Jésus, au Thabor, splendeur de la Gloire du Père, sera défiguré à Gethsémani par l’angoisse de sa mort prochaine, par le poids de notre péché et par l’abandon par son Père. C’est parce qu’il a accepté, par obéissance amoureuse à son Père, d’aller plus avant sur le chemin de l’amour et d’offrir sa vie pour guérir l’homme de ses péchés, que le Père a voulu le révéler aux Apôtres afin qu’ils reconnaissent dans le crucifié défiguré, l’éclatant transfiguré du Thabor.

C’est pour cela que la foi ne consiste pas dans les extases et les visions, ni dans les apparences et les faux semblants, mais dans l’écoute obéissante à la Volonté de Dieu. Se trompe, donc, le Baptisé, qui, comme Pierre, veut installer sa tente sur le Thabor, et ne pas descendre dans la plaine de la vie porter sa croix quotidienne et marcher de Gethsémani au Golgotha. Le Carême est ce « stage » que nous faisons sur cette route de la Résurrection.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form