Le sort des maronites

٠٩شباط٢٠١٧
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
Le sort des maronites

En relisant son histoire, le Peuple de S. Maroun, ce fragile trésor de l’Orient, peut s’appliquer ce que S. Paul disait de lui-même : « Nous sommes aux prises, mais non pas écrasés ; ne sachant qu’espérer, mais non désespérés ; harcelés, mais non abandonnés ; terrassés, mais non vaincus…. ». En effet, le sort de ce Peuple est d’être toujours persécuté. Pour cela, il a dû se réfugier dans les cavernes de la Montagne du Liban et arracher sa subsistance à une terre rocheuse afin de conserver sa foi, sa liberté et sa dignité d’enfant de Dieu.

De nos jours, cette persécution n’a pas cessé. Elle est tantôt latente, tantôt sanglante. En en faisant fi, à l’exemple du grain de blé qui doit mourir pour donner des épis pleins de bon blé et comme Paul qui acceptait la persécution et la mort pour que la vie de Jésus Christ s’épanouisse et donne de bons fruits dans l’Eglise, le Peuple de S. Maroun, se doit, sans se vautrer dans un victimisme pleurnichard et stérile, descendre dans l’arène de ce monde et prendre une part active dans la vie politique et sociale de son pays. Il n’imposera pas sa religion, ni son idéologie, fut-elle inspirée de l’Evangile. Mais il témoignera de la Résurrection de Jésus Christ et bâtira, avec tous les hommes de bonne volonté, de toute religion, un monde meilleur, fait de justice, de vérité, de paix, de miséricorde et de bien-être matériel et spirituel.

Ce faisant, ce Peuple maintiendra vivant le véritable héritage de S. Maroun et de ses premiers disciples.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form