Transgresser pour aimer

١٠تموز٢٠١٦
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
Transgresser pour aimer

La Parabole de l’évangile d’aujourd’hui fait voler en éclat tous les petits arrangements peureux de la bonne conscience, où l’on se contente d’aimer les membres de sa famille, de son clan, de sa race…C’est une parole absolument transcendante, sans aucun compromis. Elle appelle à une ouverture de cœur et d’esprit jamais atteint.

Le Pères de l’Eglise voient en Jésus ce Samaritain qui se penche sur l’homme blessé et abandonné sur la route. Le Pape François voit, dans cette auberge, l’Eglise qu’il appelle l’hôpital de campagne.

Et nous, dans quel personnage nous identifions-nous ? Celui du blessé ? Celui du Samaritain ? Il faut une bonne dose d’humilité pour accepter d’être le blessé, pour devoir dire merci à quelqu’un… Mais pour être le Samaritain – rôle que nous aimerions beaucoup jouer – il faut une grande force d’âme. En effet, comme Jésus a mis de côté sa divinité, sa grandeur et sa gloire pour s’anéantir et devenir homme et même esclave jusqu’à la mort, ainsi, pour aider quelqu’un il nous faudrait oser renoncer à notre standing social, faire fi du risque de contagion quand on s’approche d’un malade contagieux, risquer de se compromettre en s’approchant de gens suspects…

En effet, se faire proche, c’est descendre de son piédestal pour se mettre au niveau de l’autre. C’est oser franchir – parfois sans possibilité de retour - une frontière qui peut être celle de la vie et de la mort et, parfois, celle du légal et de l’illégal…


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form