Prostitution et Pardon

١٣آذار٢٠١٦
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
Prostitution et Pardon

Dans le baptême, le Père tisse avec chacun de nous une Alliance. A l’image de l’alliance de l’époux et de l’épouse dans le Sacrement du mariage, c’est une Alliance amoureuse, féconde, inconditionnelle et éternelle. Toute infidélité à cette alliance sera donc considérée comme une trahison et une prostitution. Comme le péché est une infidélité plus ou moins grande à l’amour, tout péché devient donc ainsi une trahison et une prostitution et, le pécheur, adultère.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus est mis par ses ennemis devant une prostituée. Au lieu de la lapider, il lui pardonne. Nous aussi, chaque fois que nous manquons d’amour envers notre Père et nos frères, chaque fois que, par négligence, paresse ou inconscience, nous oublions notre amour premier, celui que nous avons reçu dès l’aube de nos vies, nous tombons dans le péché. En lui demandant pardon, Jésus ne nous condamne pas. Il nous pardonne parce qu’il ne nous réduit jamais ni à nos actes, ni à notre passé. Nous restons les enfants du Père. Le pardon ne résout cependant pas tous les problèmes. Car il s’agit de ne plus pécher dorénavant, la tentation étant toujours là.

Le pardon donne cependant une espérance, il ouvre un avenir. En effet, prenant sur lui la condamnation méritée par nos fautes, Jésus accorde à tous les adultères que nous sommes le pouvoir de rebondir vers un avenir nouveau. Le Sacrement de Réconciliation en est le moyen souverain.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form