Culpabilité ou repentir?

٠٦آذار٢٠١٦
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
Culpabilité ou repentir?

Rentrant de sa malheureuse et désastreuse escapade, l’enfant cadet de la Parabole de l’Evangile d’aujourd’hui demande à son Père de ne plus le traiter comme son fils, mais plutôt comme un ouvrier, un esclave. Un abaissement si exagéré n’est pas dicté par le regret d’avoir fait de la peine à quelqu’un qu’on aime. Il prend plutôt sa source dans une fausse humilité qui serait prête à n’importe quel avilissement, à n’importe quels abaissements, pourvu que la relation se renoue. On voudrait se racheter. C’est du commerce.

Dans la Parabole, Jésus veut que nous délaissions cette indigne servilité. Il veut qu’au contraire nous ne disions au Père que ces mots humains : J’ai péché contre le ciel et contre vous. Se juger pécheur, c’est se repentir, avoir de la peine, regretter d’avoir offensé un amour. C’est donc s’affirmer auteur de ses actes, responsable et libre face à une Personne Responsable et Libre. C’est cette liberté qui a manqué au fils aîné. Il s’est conduit comme un serviteur et un esclave à l’égard de son père, qui pourtant l’aimait autant que son fils cadet. Il considérait son père, non comme un papa, mais comme un patron pour lequel il travaillait et dont il attendait salaire ou récompense.

Cette Parabole, nous place au cœur de la Vérité de notre être-chrétiens : Nous sommes des pécheurs pardonnés, éternellement aimés par un Père infiniment Miséricorde, Tendresse et Pardon.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form