Le Très-Bas

١١كانون٢٢٠١٥
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm

Le Très-Bas

Ce qui renverse Jean Baptiste c’est de voir celui qu’il a annoncé être plus grand que lui, s’incliner devant lui pour se faire baptiser comme un pécheur. S. Pierre sera renversé aussi, lorsqu’il verra celui qui l’a sauvé de la noyade, s’agenouiller devant lui pour lui laver les pieds. Pourquoi la pensée de notre propre baptême, par lequel nous sommes devenus enfants de Dieu, ne nous renverse-t-elle pas ? C’est parce que vivre en enfants de Dieu, c’est nous laisser conduire par l’Esprit Saint. Et cela nous effraie. Nous préférons tenir le volant de notre existence et ne pas le laisser à quelqu’un d’autre, fut-il Dieu.

Les vues de Dieu sont plus profondes et plus larges que les nôtres. Dieu sauve tous les hommes en s’abaissant. En effet, Jésus est descendu très bas, plus profond que nos prévisions. Lui, le sans péché, se met au rang des pécheurs pour se faire baptiser. Sa plongée dans les eaux du Jourdain est l’annonce de sa plongée dans la mort. Il a ainsi assumé notre humanité mortelle et notre enfer quotidien. Nul ne peut s’abaisser davantage. C’est pourquoi, en montant vers le Père, le jour de la Résurrection, il emporte avec lui toutes nos détresses et toutes nos souffrances humaines et il les transfigure en joies éternelles.

Vivre en enfants de Dieu, c’est, à l’exemple de la Vierge Marie, accepter de ne pas toujours comprendre les manières de faire de Jésus, mais de lui faire confiance et de le laisser agir à sa guise dans notre vie. Là est le seul chemin de la sainteté.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form