La Croix glorieuse

١٤أيلول٢٠١٤
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
La Croix glorieuse

Le supplice de la croix était le plus infamant de tous les supplices. Il était réservé aux esclaves, aux révolutionnaires et aux bandits des grands chemins. En qualifiant la croix  de « glorieuse » nous entrons dans l'un des paradoxes chrétiens. Car au lieu de la regarder comme  un outil de mort nous voyons en elle, par la foi, une source de vie et de guérison.

Le secret de cette transformation se trouve dans ce mot de Jésus : «Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique…Il l'a envoyé dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé». La transformation de la mort en vie, de la croix en Gloire, s'opère par l'acte d'amour de Jésus et de son Père quand Jésus subissait les épreuves de sa Passion. «Jésus accepte sa mort, dit Benoit XVI, au plus profond de lui-même et la transforme en un acte d'amour. Ce qui de l'extérieur est une violence brutale devient de l'intérieur un acte d'amour qui se donne entièrement».

La souffrance est en elle-même un mal absurde qu'il faut à tout prix combattre. Jésus ne l'a pas choisie par amour de la souffrance. Mais, par son obéissance amoureuse à son Père, il l'a transformée en gloire. C'est sur la Croix que Jésus a révélé parfaitement le véritable visage du Père. Nous aussi, par notre acceptation amoureuse de la souffrance quand elle survient, nous  entrons  davantage dans la dynamique du don et de l'amour, celle de notre vocation chrétienne.


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form