La prière pauvre

١٧آب٢٠١٤
طباعةأرسل إلى صديق
الكاتب: Antoine K. Douaihy cm
La prière pauvre

Dans l’évangile d’aujourd’hui l’on est pour le moins surpris par le silence de Jésus, par la dureté de sa réponse à la syro-phénicienne et par la comparaison qu’il fait entre elle, la comptant parmi les «petits chiens» et les juifs parmi les «enfants». Serait-il intolérant ou méprisant à l’égard des étrangers ? Non, loin de là. Jésus est venu briser tous les murs d’exclusion en instituant la paix par son sang, comme l’affirme S. Paul.

Passant outre cela, ce qui est admirable c’est la qualité de la prière de cette femme. Elle sait qu’elle n’a aucun droit. Elle sait qu’elle est seule dans la vie. Elle aime beaucoup sa fille et elle ne veut pas la voir mourir. Elle reconnaît alors son besoin profond et sa pauvreté essentielle et elle appelle au secours. Sa prière s’élève d’un cœur pauvre, qui, n’attendant plus rien des hommes, attend tout de Dieu. En outre, ni le silence de Jésus, ni sa dureté, ni les disciples qu’elle agace par ses cris ne la rebutent, car elle est habituée aux rebuffades des hommes en général et des nantis en particulier. Elle rejoint ainsi la recommandation de Jésus : «Demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira…».

Enfin, forte de son amour pour sa fille et de sa foi-confiance, cette femme ne se décourage pas. Dans sa prière de pauvre, elle attend la réponse, espérant contre toute espérance. Le pauvre n’est-il pas celui qu’on fait attendre?


Powered by Web Agency
راية إعلانية
Close Panel

Login Form